Georges

Rédigé par Anne-Marie SCHMIDT 2 commentaires
Classé dans : Témoignages Mots clés : aucun

Georges a 84 ans , voici encore le récit d'une belle rencontre avec Jésus .

 

"Car mes pensées ne sont pas vos pensées et vos voies ne sont pas mes voies, dit l'Eternel ". (Esaie 55.8 )

J'avais un camarade de classe dont les parents étaient enseignants . Ils me demandèrent pourquoi je ne préparais pas le concours d'entrée à l'école normale d'instituteurs . Ma réponse fut catégorique : il n'en était pas question . Comme tous les jeunes j'avais un projet de vie : faire une carrière militaire dans l'armée de l'air avec l'ambition d'être pilote . Mon bac en poche je fus appelé dans l'aviation et envoyé en école d'officier . Je pensais que la voie s'ouvrait devant moi mais il y eut un premier accroc , à cause d'une fracture mal réduite à l'avant-bras , je fus recalé pour le pilotage . Ma carrière continuait néanmoins quand un second accroc vint ruiner mes espoirs . Un accident médical mit fin à toutes mes ambitions . Réformé et rayé des cadres de l'armée , je me retrouvais à la rue . Que faire ? Je ne pouvais pas rester sans activité à la charge de mes parents et là , je me suis souvenu de ce que m'avaient dit les parents de mon camarade . J'ai fait une demande de poste à l'inspection académique d'Oran et j'ai été retenu . Nommé dans la brousse , j'ai fait mon apprentissage puis j'ai pu suivre ma formation et ai été titularisé . J'ai postulé à la rentrée 1957 et fus nommé dans une petite ville sur la côte algérienne . Entre temps je me suis marié et nous sommes restés dans cette ville jusqu'à l'exode de 1962 . Au cours de ces cinq années , nous nous sommes liés d'amitié avec un collègue et sa petite famille .

Un mouvement de réveil spirituel se développait dans le département et nos amis sont allés assister à une réunion d'évangélisation , l'épouse de mon ami a été guérie instantanément à l'imposition des mains , d'une perte de sang . Cela a été pour eux la révélation de l'amour de Dieu et ils se sont convertis . Ils étaient heureux de nous parler de Jésus mais à cette époque là nous n'étions pas prêts à entendre : nous allions à l'église traditionnelle . En 1962 il nous a fallu quitter l'Algérie et rentrer en France . Nos amis , mutés à Annecy , continuaient de correspondre avec nous qui étions nommés à côté de Soissons . Au début tout allait bien , mais une grave dépression nerveuse atteignit mon épouse , qui se raccrochait aux lettres que nous recevions d'Annecy .

Par un miracle de Dieu , je fus muté à Tarbes et nos amis nous invitèrent à passer un mois avec eux à Annecy . Pendant ce séjour ils nous proposèrent de les accompagner à l'église pentecôtiste . Là nous avons été touchés par l'accueil et les cantiques si différents de ce que nous entendions le dimanche matin à la messe . Notre fils ainé , atteint d'un rhumatisme articulaire aigu , avait un traitement douloureux . Il est allé à l'imposition des mains et le Seigneur l'a délivré de ce rhumatisme . Gloire à Dieu ! Cependant nous n'étions pas encore engagés . A la fin du séjour , nos amis nous ont offert une bible . C'était la première fois que nous étions en contact avec la parole de Dieu . De retour à Tarbes , mon épouse a fait examiner mon fils par le pédiatre qui a confirmé la guérison définitive de notre garçon . Cela nous confortait dans notre foi naissante d'autant que nous sentions la pression de la famille .

Nous avons pris contact avec le pasteur à Tarbes , pour continuer à suivre les réunions d'évangélisation . Nous sentions que la vérité était là mais il fallait oser . Mon épouse voulait commencer la lecture de la bible , mais par où commencer ? Alors elle l'a ouverte , comme on dit "au hasard" mais ce n'était pas le hasard , mais le Seigneur qui dirigeait la recherche ... En effet , la bible s'ouvrit à Exode 20 . Et là en lisant "Tu ne feras pas de sculpture sacrée " au verset 4 , nous avons pu mesurer notre état de péché puisque nous étions idolâtres ( médailles , crucifix , statues..) . Nous nous sommes repentis et débarrassés de tout ce qui offensait notre Seigneur . Cette fois , nous étions engagés et quelques mois après : le 18 décembre 1966 , nous avons confessé le nom de Jésus dans les eaux du baptême .

Nous sommes heureux d'être sauvés , tout comme nos enfants leurs conjoints et nos petits enfants , qui tous ont également acceptés le sacrifice de Jésus pour leur salut .

C'est en réfléchissant plus tard que j'ai compris pourquoi j'étais devenu instituteur , c'est pourquoi j'ai introduit ce témoignage par le verset d'Esaie 55.8 .

Amen . 

2 commentaires

#1  - Pierre Gavelle a dit :

Mes félicitations par rapport à votre article qui, comme d’habitude, est fantastique

Répondre
#2  - Audrey Delion a dit :

Tu fais du job parfait!

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot rxxjj ?

Fil RSS des commentaires de cet article